La guerre religieuse et raciale est là

Que cela nous plaise ou pas, c’est bien notre génération, celle des enfants de “Baby Boomers”, qui va devoir affronter la plus grande guerre que notre civilisation ait jamais eu à affronter. Cette guerre, évidemment, c’est la confrontation existentielle contre l’envahisseur du tiers-monde à large majorité islamique.

Je vais donner quelques chiffres qui donneront le vertige. En 1900, la part de la population européenne dans le monde était d’environ 25%, à 420 millions d’Européens pour 1,6 milliards d’habitants. Actuellement, avec un peu plus de 700 millions d’Européens, nous représentons 10% de la population mondiale.

Compte tenu du taux de fertilité des Européens actuel – plus ou moins 1,3 enfants par femme – nous perdons à chaque génération environ un tiers du total. En 2050, la population mondiale atteindra, si rien ne change, environ 10 milliards d’individus. Les Européens ne représenteront plus que 7% du total. La moitié de ces 7% seront naturellement des femmes, mais seulement une part de ces 3,5% de femmes pourront enfanter.

L’avenir des Européens reposera sur à peine 1 à 2% de la population mondiale.

Si l’on voit plus largement et que l’on additionne les populations européennes des Amériques et d’Australie, le nombre total de Blancs se situera autour du milliard, ce qui mettra la barre autour de dix pourcents.

Contextualiser l’approche : le cas nord-américain

Cependant, il faut affiner ce tableau général en régionalisant notre regard, en y intégrant les dynamiques migratoires, l’accroissement naturel ou les paramètres raciaux.

Les USA par exemple, avec 190 millions d’Européens, disposeront du socle le plus solide de leur histoire. Une position beaucoup plus forte qu’en 1945 où les États-Unis, au sommet de leur puissance, comptaient 130 millions de Blancs.

Mais si l’on intègre le fait que la population totale des USA atteindra 400 millions d’habitants en 2050 (voir ici), les Blancs ne formeront plus que 46% du total de la population.

prosperity2050_chart

Le déséquilibre démographique ne provient pas des afro-américains, dont le nombre demeure stable, mais de l’immigration sud-américaine et hispanophone. Là encore, certains facteurs atténuent en partie les conséquences culturelles et politiques de cet accroissement : les Hispaniques sont des métis d’Européens et d’Indiens. Les Mexicains sont par exemple à environ 60% de souche espagnole. Leur langue est européenne et leur religion, le catholicisme, quoique différente du protestantisme, repose sur les fondamentaux moraux du Christianisme.

Si ces populations ont bien un Quotient Intellectuel plus faible – 87 points contre 100 pour les Euro-américains nordiques – et des dispositions criminelles plus fortes, elles ne sont pas portées par une dynamique culturelle suffisamment antagoniste pour détruire radicalement l’Amérique.

Au surplus, l’immigration hispanique se développe différemment selon les régions. Elle est très dynamique à la frontière mexicaine, c’est-à-dire dans les anciennes possessions espagnoles conquises par les USA (Californie, Nouveau Mexique, Texas, etc.).

L’Europe de l’Ouest n’est pas dans un cas de figure similaire. Le Mexique a largement entamé sa transition démographique et aujourd’hui le nombre de naissances par femme y est de 2,1. Si cela ne stoppera pas l’immigration en provenance de ce pays vers les USA, cela contribuera fortement à atténuer la pression.

Il n’en est pas de même pour les foyers démographiques entourant l’Europe. L’Afrique noire est actuellement le seul groupe racial qui n’opère aucune transition démographique et qui croît indéfiniment. En 2050, le nombre de noirs en Afrique atteindra 2 milliards (voir ici) et si rien ne change, ce chiffre atteindra 4 milliards d’ici 2100. Ceci dans des bassins de peuplement déjà saturés.

Nombre d’enfants par femme dans le monde :

800px-Countriesbyfertilityrate.svg

En toute logique cette démographie hors de contrôle aboutira à des migrations de plus en plus massives.

Les migrations d’Afrique Noire impactent inévitablement les pays africains eux-mêmes. Parfaitement incapable de développer des systèmes de développement durables, l’Afrique Noire ne pourra pas nourrir de telles masses.

Celles-ci se battront entre elles sur place, accélérant encore les migrations noires vers les pays d’Afrique du Nord qui, à l’instar du Maroc, commencent à être frappés par l’arrivée de ces migrants.

Par voie de conséquence, les maghrébins eux-mêmes – déjà embourbés dans le sous-développement et le radicalisme religieux – chercheront à atteindre l’Europe aux côtés des subsahariens.

A l’aube d’une apocalypse démographique

Si l’on y ajoute l’Orient musulman, jusqu’au Pakistan et au Bangladesh, c’est à un flot permanent de colons que les Européens devront faire face. Et ce alors qu’ils sont en plein hiver démographique. C’est ce à quoi nous assistons déjà depuis l’été 2015 où les pseudo “réfugiés” de la presse du système se sont avérés être des soudanais, des égyptiens, des algériens, des pakistanais, des afghans, etc.

Pour prendre la mesure du problème, quelques chiffres régionaux supplémentaires. Le Pakistan, dont le territoire représente seulement une fois et demi celui de la France, compte 200 millions d’habitants et devrait en compter, d’ici 35 ans, 100 millions de plus. Le Nigeria passera de 200 millions aujourd’hui à 400 millions en 2050, soit un doublement en trois décennies. La République Démocratique du Congo passera elle de 80 millions d’habitants actuellement à près de 200 millions en 2050 (voir ici), et ainsi de suite.

Plus proche de l’Europe, l’Algérie passera de 40 millions d’habitants actuellement à près de 52 millions en 2050 et ce dans un pays en faillite permanente. L’Égypte passera de 96 millions d’habitants en 2020 à 137 millions en 2050. L’Irak passera de 42 millions d’habitants à 76 millions en 2050 (source). Si l’on songe à ce que produit actuellement l’Irak, on peut entrevoir le futur de cette région.

Les sociétés musulmanes en échec structurel

Cette explosion démographique en Afrique du Nord et en Orient intervient alors que ces sociétés musulmanes sont en pleine implosion.

Incapables d’assimiler la modernité occidentale, à la différence de l’Asie du Nord – Chine, Japon, Corée – elles ont amorcé un rejet totale de celle-ci. Suite à l’échec du nationalisme arabe, l’effondrement des états-nations artificiels issus de la décolonisation libère des forces primordiales qui se confrontent avec des moyens de destruction peu chers et très efficaces.

Avec la disparition des états légués par les puissances coloniales française et britannique, les systèmes éducatifs établis avec difficultés disparaissent. Des dizaines de millions d’enfants illettrés, disposant d’un QI plus faible par surcroît, devront survivre dans un environnement de plus en plus peuplé, sans espoir d’insertion sociale faute d’une économie dynamique. Ce terreau est idéal pour le radicalisme islamique et le djihadisme puisque ces derniers font du refus de l’enseignement une règle de base de leur endoctrinement. Pour la jeunesse de ces pays, appartenir à une milice islamique qui garantira le gîte et le couvert sera la seule opportunité réelle.

La multiplication des Somalie, Libye, Irak, Syrie, Afghanistan atteste de cette tendance de fond d’un retour à l’ère féodale dans le monde musulman. Les conflits entre seigneurs de guerre poussent déjà des millions de colons musulmans analphabètes et fanatisés à la conquête d’une Europe stupidement arc-boutée sur des concepts anti-historiques inopérants tels que “les droits de l’homme” ou un démocratisme dogmatique.

Basculement démographique

Nous avons, en France, près de 50 ans d’expérience en matière d’immigration afro-maghrébine et musulmane. Loin d’avoir assisté à une assimilation à la culture dominante, le séparatisme ethnique et religieux n’a eu de cesse de s’intensifier. Le bilan en termes de crimes et délits de l’immigration, notamment algérienne, n’a entraîné aucune prise de conscience quant à l’absurdité du mythe égalitaire. Le marxisme dominant valide, notamment par la censure et la répression, des pratiques qui continuent de nier le caractère irréductible de la culture et des permanences raciales et religieuses.

Ces vagues migratoires vont continuer d’inonder un pays dont les systèmes sociaux – déjà incapables d’assurer l’intégration des étrangers – sont en faillite. L’Éducation Nationale, détruite par les trotkistes avec l’aide de la CIA, ne sera pas davantage capable de limiter les effets du désastre racial.

La constitution d’enclaves hostiles, déjà largement amorcée, va inévitablement prendre des proportions régionales au point de désarticuler l’état et ses administrations, police en tête.

Des migrations internes, le “white flight”, vont découler de cette colonisation africaine et orientale. Les populations de souche européenne, constatant l’impossible coexistence pacifique sans s’abdiquer elles-mêmes, entreprennent déjà de fuir les zones de peuplement allogène. Ce phénomène s’intensifiera parallèlement au déferlement migratoire.

Contrairement aux USA et à leur immense espace, la France trop étriquée ne pourra pas utiliser son espace pour séparer des populations fondamentalement antagonistes. La balkanisation violente du pays est donc inévitable.

Paradoxalement, les doctrinaires du “vivre ensemble” contribuent activement à l’émergence d’un pays ravagé par les violences interethniques, lesquelles généreront par contrecoup des dispositifs sécuritaires draconiens.

Guerre civile chronique

En 2014, on estimait que 37% des naissances en France étaient de souche non-européenne. Là encore, quand on “contextualise” les données, on s’aperçoit que le remplacement est presque achevé dans certaines régions. L’île de France en compte 69%, plus des deux tiers.

73AKbAU

Ramené à la totalité du territoire, d’ici 2025, la majorité des naissances en France sera d’origine non européenne. Le site Polémia se faisait l’écho de projections à ce sujet (lire ici).

En somme, l’État Français a laissé prendre forme sur son territoire un puissant mouvement de colonisation à forte coloration islamique. Elle laisse les sociétés musulmanes en faillite structurelle exporter leurs masses inaptes qui, quoiqu’en pensent les doctrinaires de l’égalitarisme, demeureront ce qu’elles sont.

La France sera, dans un futur qui reste à déterminer, une somme de provinces au sein d’un empire musulman chaotique. Elle sera divisée en “gouvernorats” islamiques où des bandes de djihadistes, s’établissant comme des féodaux au cœur de tous les trafics, s’imposeront comme de nouveaux acteurs politiques. Dans d’autres endroits, des islamistes en costumes et cravates, à l’instar des Frères Musulmans en Turquie et en Égypte, seront les relais de puissances musulmanes déjà établies.

La France s’avance vers le sort du Liban où, en théorie, existent une constitution et un état, mais qui ne sont que le masque d’une division du pouvoir sur des bases ethniques et confessionnelles. La guerre civile, ouverte ou fermée, sera l’état naturel du territoire. La pandémie islamiste s’enkystera dans des foyers, à l’instar de la Peste Noire, d’où elle générera régulièrement des vagues de fièvre.

Ce sort sera celui de la Belgique ou de l’Allemagne mais aussi de la Suède, bref de tous les états qui auront cédé au virus marxiste et auront refusé d’opposer une résistance à l’invasion allogène.

En finir avec l’idolâtrie antiraciste

Je n’ai pas la prétention dans cette chronique d’enseigner quoique ce soit à mes lecteurs. Ils doivent être assez informés de la situation. Mais il me semble absolument fondamental de rappeler le contexte dans lequel nous évoluons.

Ce contexte est celui d’une guerre d’une gravité exceptionnelle. Les discours lénifiants actuels sur un vague “patriotisme” civique, dit “national-républicain”, sont aussi inopérants que dangereux. Dangereux car ils empêchent le plus grand nombre des victimes de demain, c’est-à-dire les Blancs qui vivent en Europe de l’Ouest et en France, d’identifier la menace.

S’opposer à l’immigration ne suffit pas. Il faut encore définir qualitativement cette immigration et expliquer en quoi elle pose problème. Il faut encore “régionaliser” la question pour exposer les différentes phases de ce processus mortifère. En exposant de façon contextualisée ce qui se passe, le public de souche européenne est mieux à même de comprendre. Quand une personne apprend que 70% des naissances sont de souche extra-européenne en région parisienne, son indifférence est passablement ébranlée.

En ne parlant que de l’immigration présente ou à venir, on ne parle pas de celle du passé dont nous voyons déjà les conséquences. Le “nationalisme” civique développé par les formations politiques de l’heure joue le rôle objectif d’accompagnement de l’invasion.

Il n’y a pas de position médiane face au phénomène que nous affrontons : soit l’on est l’envahisseur, soit l’envahi. Le “nationalisme républicain” soutient cette absurdité logique selon laquelle, moyennant un tampon préfectoral, on pourrait effectivement être les deux. Il y a urgence à combattre cette imposture.

La tunique de Nessus du racisme effraie les grenouilles de bénitier de l’église égalitariste. Mais pas uniquement elles, même les agnostiques sont encore terrorisés à l’idée des coups de crosse de l’évêque socialiste local. Je suis pour ma part un “athée” de l’antiracisme et me fiche comme d’une guigne des états d’âmes des curés de l’escroquerie égalitariste. Faire preuve d’égards envers les criminels de cette église, c’est s’en faire le complice actif. C’est reconnaître leur autorité morale.

Comment l’Église Catholique a t-elle été vaincue ? Par des polémistes prudents et obséquieux ou par la plume acérée d’un Voltaire ? Chaque jour, la psychopathie socialiste nous donne assez de matière pour écrire cent pamphlets à l’acide et nous en sommes encore à peser chaque mot de peur qu’une carcasse rouge de 70 ans ne s’insurge ou qu’un plumitif social-démocrate ne proteste.

La violence pour sauver sa peau s’appelle de la légitime défense. La première violence, c’est la vérité.

Inutile de dire, dans ce contexte, que l’urgence consiste à détruire tous les ferments de décomposition qui, au sein des populations européennes, collaborent activement avec l’ennemi. Il faut impérativement détruire les traîtres, essentiellement d’extrême-gauche, qui s’activent au profit de l’invasion islamique. Le traître est la priorité.

Cette étape est décisive pour le réarmement psychologique des populations européennes et chrétiennes. La guerre ne se termine que lorsqu’un des deux combattants a perdu la volonté de lutter. C’est pourquoi le traître, le pacifiste et le défaitiste sont les trois éléments à anéantir prioritairement.

Tout ce qui permet au plus grand nombre d’identifier l’ennemi doit être cultivé. Tout ce qui développe la volonté de combattre également.


  • Erwann

    La France a tellement été loin dans son délire universaliste qu’ils ont réparti les immigrés dans chaque coins de l’hexagone. Vous savez comme moi qu’il n’y a presque plus d’endroits 100% blanc même en Bretagne. Les immigrés ont des relais partout. Et les Bretons sont tellement naifs par rapport à la situation qu’il n’y aura aucune réaction.
    Les autres coins de l’hexagone sont encore plus envahis mais ils ne sont pas plus réveillés pour autant (0 région pour le FN). A ce stade, on peut se demande si la France n’est pas une cause perdu.

    Les choses peuvent changer cependant…
    En Amérique, Donald Trump pourrait être élu. Les pays du groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) quitteront sûrement l’union Européenne si Bruxelles force un quota de clandestins. Et il y a toujours la Russie de Poutine.
    Face à ces pays, les élites mondialistes d’Europe de l’ouest se retrouveront orphelines, affaiblis et elles perdront en crédibilité.

  • oleguer

    Es ce qu’il existe des pays musulmans qui ont assimilé la modernité occidentale ?

    • Bernard Pichon

      Une solution au problème que vous avez très justement identifié: https://www.youtube.com/watch?v=uGUNF65MF-Q

    • Boris

      Le cas de la Turquie semble indiquer que même lorsqu’il semble que oui, sur une durée assez longue, cela n’est qu’illusoire.

  • A V

    Cher Boris,
    Voici une list des meilleurs plugins WordPress que j’utilise pour mes sites, si ca peut aider:

    • Alexa Claim and Certify – pour enregistrer le site dans Alexa et le faire monter dans Google
    • Broken Link Checker – pour reparer les liens casses facilement
    • Flexi Pages Widget – pour selectioner quelles Pages apparaissent en bas du site (Footer) ou dans la Sidebar
    • Flexible Posts Widget – pareil, pour afficher les meilleurs Posts dans la Sidebar, avec leurs images
    • iThemes Security – pour securiser le site en quelque clics
    • SumoMe – multiple solutions pour collecter des adresses email
    • UpdraftPlus – Backup/Restore
    • WP Smush – pour reduire la taille des images automatiquement et augmenter la vitesse du site
    • Yoast SEO – pour optimiser les articles pour monter dans google
    • Yuzo – Related Posts

    Les meilleurs plugins pour analyser le traffic qui vient sur le site, depuis le Dashboard:

    • Better Analytics
    • Google Analyticator
    • Google Analytics Counter Tracker
    • Google Analytics Dashboard By Analytify
    • Google Analytics Dashboard for WP
    • SkyStats Lite
    • WP Statistics

    • Boris

      Ca c’est gentil ! Merci !