Quelle alternative face à la droite réactionnaire négrophile ?

Que ferait l’extrême-droite hexagonale sans ses nègres ? C’est la question – la seule finalement – qui mérite d’être posée.

Probablement rien. Rien de plus que la gauche. La droite réactionnaire – fondamentalement antiraciste – réduit les limites de ses protestations à des questions de bienséance. “Pourquoi le nègre ne nous est-il pas reconnaissant ?” est l’horizon indépassable de cette vieille bourgeoisie éconduite.

La droite la plus extrémiste de France résume sa réflexion à un cours de maintien digne de rombières catholiques offusquées.

Derrière ce spectacle, la face hideuse de la nostalgie coloniale dans ce qu’elle a de plus insoutenable. N’est-il pas révélateur que ce soit des individus réchappés des colonies hexagonales qui protestent contre le manque de fidélité et de reconnaissance de la populace maghrébo-négroïde ? Les mêmes qui soudain s’extasient sur eux s’ils s’avèrent utiles ?

Il n’est question que d’un amour frustré pour le “nègre ingrat”.

Le mètre étalon du politique pour cette droite de fiction n’est pas la culture ou la substance, mais la hiérarchie bourgeoise. Il s’agit d’une foule obsédée par une estime de soi dévaluée. Questionnement simplement déplacé au plan politique.

La droite réactionnaire hexagonale est en manque d’amour et ne comprend pas que le nègre – qu’elle méprise mais dont elle ne peut se passer – n’admette pas la hiérarchie que la petite-bourgeoisie entend lui assigner.

Pour les réalistes qui sont épargnés par cette névrose collective, la question ne se pose pas, ayant compris qu’il est dans l’ordre des choses que la foule des inaptes soit jalouse, haineuse, inaccessible au respect entre égaux puisque ses membres se savent inférieurs.

Qu’est-ce qui distingue alors le “bon nègre” du “mauvais” aux yeux de la droite négrophile ? Sa soumission – ou non – et son adhésion au paternalisme républicain. Le “bon vieux temps” où Mamadou disait “Oui Buana” à l’adjudant-chef Dubois.

regiment-tirailleurs-senegalais-14-juillet-1913

L’équipe de France vue par la droite réactionnaire

La France – et l’Europe – peut bien être engrossée par le tiers-monde afro-musulman au rythme de 8 enfants par femmes, ce n’est pas la problématique de la droite réactionnaire. Fossilisée, elle est bien plus préoccupée par des questions de préséance sorties de son musée mental.

Ceci explique que l’alpha et l’omega de la pensée réactionnaire se résume à un formalisme débilitant. Ce formalisme maniaque fixant ses obsessions autour de symboles comme le drapeau tricolore. Ce qui sert plus largement de socle à ce que l’on nomme la “nation française” contemporaine.

La maladie négrophile est la passion de l’Hexagone républicain : le nouvel horizon français, succédant à la “ligne bleue des Vosges”. Une vertigineuse chute qui n’a comme précédent que le péché originel.

L’avenir français se dessine, limpide, dans les cieux :

Personnellement, je n’aime que les nègres qui haïssent les Blancs. L’ordre des choses est alors respecté et la fiction religieuse de la parousie post-raciale s’évapore.

Au visage des intégrationnistes à la Lilian Thuram je préfère un Kémi Séba du New Black Panther Party, parti ultra-raciste et suprémaciste noir.

black-power-salute

Pour les Blancs conscients de leurs qualités et soucieux de leur avenir, l’abandon de ses formes fossilisées dites “nationales” est aussi évident qu’urgent. Cherchons de nouveaux horizons ne s’embarrassant pas d’un passé pseudo-national qui, à ce stade, n’est plus qu’un boulet incapacitant qui entraîne celui qui le porte dans les eaux boueuses de l’Afrique.

En bref, il y a ceux qui fantasment leur être collectif dans l’équipe de post-France et ceux qui le transfixent ailleurs.


  • Apophis

    “Que ferait l’extrême-droite hexagonale sans ses nègres ?”

    Et je dirais aussi : Sans ses Juifs (si je pouvais formater le mot “Juif” pour qu’il apparaisse comme doré, je le ferais, tant ils sont obséquieux à leur égard).

    Musulmans ou pas, les nègres sont effectivement une grave menace démographique pour les blancs.
    Depuis quelques années nos maîtres juifs favorisent l’immigration noire au détriment de l’arabo-maghrébine parce qu’ils pensent qu’ils sont moins dangereux pour eux, que leur violence est quasiment exclusivement dirigée contre les blancs.

  • asterphoenix

    Qu’en penserait Kemi seba ? lol

  • fin-gal

    il serait d accord je pense

  • Nicolas Bretagne

    Boris, ces larves dont vous nous parlez – islamo-négrophiles pathologiques et autres tiers-mondistes qui n’ont de cesse d’accumuler les défaites depuis des décennies – ne sont pas de chez nous, ils ne l’ont jamais été et ne le serons jamais. Ils ne méritent pas le qualificatif de Droite, et encore moins de réactionnaire.

    Concernant la secte mahométane, Maurras ne nous a-t-il pas prévenu ce 13 juillet 1926, lors de la construction de la première mosquée de Paris ?

    ” Toute cette couleur dûment reconnue, il n’est pas moins vrai que nous sommes probablement en train de faire une grosse sottise. Cette mosquée en plein Paris ne me dit rien de bon. Il n’y a peut-être pas de réveil de l’Islam, auquel cas tout ce que je dis ne tient pas et tout ce que l’on fait se trouve aussi être la plus vaine des choses. Mais, s’il y a un réveil de l’Islam, et je ne crois pas que l’on en puisse douter, un trophée de cette foi coranique sur cette colline Sainte-Geneviève où enseignèrent tous les plus grands docteurs de la chrétienté anti-islamique représente plus qu’une offense à notre passé : une menace pour notre avenir.” http://maurras.net/textes/113.html

    Nous avons le même age vous et moi, je vis à Nantes depuis le berceau, en plein centre ville. Croyez moi, le sinistre spectacle auquel on assiste ici nous révulse, cette communion imposée dans la promiscuité interraciale nourrit une colère froide qui n’attend qu’à se libérer. Mais nous gardons le calme des vieilles troupes. Être et Durer n’est-ce pas là une saine devise ? Car nous ne partirons pas, jamais. Ce n’est pas à nous de partir, ce ne sont pas nous qui sommes de trop …

    Enfin je vous invite à regarder cette remarquable synthèse historique sur “L’islamisation et la complicité du régime en place”, qui enrichit de manière substantielle vos brillantes réflexions personnelles sur le sujet … https://youtu.be/Qj1esJeFLVE

    Nous vaincrons, Deus lo vult

  • jabot45

    Je mettrais un bémol de type pragmatiste à l’idée d’un “front des blancs”. Pas que ce soit dénué de vérité. Mais je crois savoir d’où vous tirez cela.
    C’est la droite américaine qui, voyant le désastre européen, le dénonce au monde entier, mais tout en projetant ses catégories nationales (“white”, “nigger”, “spic”, etc.). Or vous qui les lisez et avec qui avez discuté, savez bien que ce sont des jeunes de 20-30 ans qui n’ont pas le temps de connaître la complexité européenne, des partis, des positions, des enjeux et de l’histoire. Leur recul sur le reflux des blancs nous est fort utile, et il alimente à son tour la droite américaine.

    Pourtant, nous n’aurons jamais avec les Estoniens les liens sentimentaux et politiques que nous avons avec les Maghrébins. Peu importe si c’est une histoire mêlée de haine. C’est un fait historique que nous ne pouvons pas choisir. Peut-être qu’un président français avisé saura dans le futur mettre fin à notre tropisme africain. En attendant, la Françafrique existe, en Afrique noire et au Maghreb, et il nous faudra l’exploiter pour la rémigration comme elle a été exploitée pour l’immigration. Il faut donc qu’un chef laisse cette porte ouverte, ainsi que les médias de réinformation.

    Ce qui manque, ce sont des gens pour porter dans le bourbier mondain (puisque c’est ainsi que ça marche à Paris) une ou deux thèses solides en faveur de ce qu’on a appelé en France l’ethnodifférencialisme, qui est tout simplement un racialisme. Un écrivain, un journaliste, un scientifique pourraient faire ce travail, en se basant sur des expériences avec les enfants, des témoignages, des statistiques. Une sorte d’Obertone, mais aussi à l’aise qu’un Soral, capable de fournir un nouvel idéal. Une fois ceci fait, tout appel au métissage sera perçu comme un appel à faire le malheur des indigènes.