Hubert_Coudurier

Exemple d’un sermon d’évêque médiatique : Coudurier et la parousie post-raciale

Le journal “breton” Le Télégramme, ancienne “Dépêche de Brest”, est tenu par une famille collaborationniste recyclée après-guerre : les Coudurier.

Beaucoup de gens me demandent pourquoi la Bretagne et les Bretons ont sombré, d’un seul mouvement, dans le gauchisme humanitaire. Vaste sujet auquel je répondrais sûrement dans un article spécifique. En attendant, voici la tribune du jour d’un des deux frères Coudurier – Hubert – qui vomit ses sermons d’évêque radical-socialiste dans les colonnes de ce journal qui n’est, en réalité, qu’un fermage médiatique accordé par l’État Français à cette famille de larbins historiques.

L’évêque Coudurier interpelle les ouailles socialistes du Finistère et autres ploucs à demi illettrés sur ce qu’il faut penser des récents événements (source) :

Ne confondons pas une poignée de jihadistes, des jeunes délinquants et une communauté qui s’intègre plutôt bien comme en témoignent les mariages mixtes. Les Français résistent à la tentation de la guerre civile, même en Corse où les débordements récents ont été canalisés.
Pour comprendre le sens profond de cette citation, il faut en inverser la lecture en débutant par la conclusion. Résumons : la “canalisation” de la guerre civile – ethnique donc – est pour l’heure acquise grâce au métissage dissolvant une communauté – que l’auteur n’ose pas même nommer -, ceci en dépit “d’une poignée de djihadistes” et de “jeunes délinquants”.

Comme on le voit, la bourgeoisie croupissante à laquelle appartient l’oligarque Coudurier a pour seul soucis de conjurer “la guerre civile”, cette confrontation qui mettrait en péril la position sociale de son clan. A cette fin, Coudurier célèbre la créolisation des populations blanches, cette destruction raciale en différé qui a le mérite de ne pas troubler la digestion de l’auteur.

Le pacifisme bourgeois se fait toujours aux dépends du peuple qui, lui, supporte la guerre réelle qu’on lui interdit de nommer et de mener. Car le peuple, cet océan de contribuables pouvant être abusés jusqu’au viol, doit demeurer docile et fidèle au maître. A la guerre de races et de religions se couple la guerre sociale.

Naturellement, les “mariages mixtes” précités ne sont que des mariages entre double-nationaux allogènes et leurs cousines du bled, ce que le faisan du Télégramme ignore totalement. Quant à la “poignée de djihadistes” ou de “jeunes délinquants” qui seraient des épiphénomènes, il suffit de voir le paysage démographique et les violences qui prévalent sur des pans entiers du territoire français pour comprendre que l’intéressé, trop habitué aux salons parisiens, ne fout jamais les pieds dans ces enclaves islamo-immigrées sur lesquelles il pontifie.

Cette “paix” socialo-antiraciste, je la nomme la “parousie post-raciale” de la religion progressiste occidentale. Cette croyance en la fin de l’histoire que supposerait la destruction des différences raciales et culturelles par le métissage laïc et obligatoire.

*Parousie : “Les premiers écrits chrétiens emploient ce mot pour désigner la venue du Christ parmi les hommes, inaugurant les temps messianiques et l’avènement glorieux à la fin des temps.” (Glossaire de l’Eglise Catholique)

2 Comments

  • renee rio

    August 27, 2016

    je ne savais pas tout cela, je suis abonnée au telegramme mais je pense que je vais revoir ça de plus près, il y a aussi ouest france mais je le pensais encore plus à gauche, qu’en est il?

    Reply
  • Gauthier

    August 28, 2016

    Il faudrait lui expliquer au “petit vieux” !

    https://www.youtube.com/watch?v=jABp1MFbiI0

    Reply

Leave a Reply