Browse Tag

égalitarisme

the-creation-of-adam

Rééduquer les masses contre la superstition égalitariste et son rejeton antiraciste

L’Occident, c’est-à-dire le monde européen et anglo-américain, s’est délibérément enivré du poison de l’égalitarisme au nom d’un utopisme qui confine, désormais, au nihilisme. On ne peut nier que c’est là le produit d’une sécularisation malheureuse et hérétique du christianisme, sur plus de quatre siècles, qui a fait le lit du virus socialiste.

Quiconque s’intéresse au cas français peut contempler les ravages de la superstition égalitariste, car c’est bien d’une superstition rageuse qu’il s’agit. Ce principe, faux de bout en bout, a ouvert la voie aux pires démagogues bourgeois qui ont progressivement remplacé l’ancienne aristocratie tout en singeant son penchant pour la fossilisation sociale. Peu importe la créolisation complète de la France –  et de l’Europe – pour peu que ces escrocs en retirent leurs dividendes annuels. Pire : c’est devenu un article de foi.

Quand une classe politique subordonne l’avenir de son peuple au point de le mener à l’anéantissement complet, la voie révolutionnaire devient incontournable. Et généralement celle empruntée.

L’homme ouest-européen est aujourd’hui un parfait crétin qui s’aveugle volontairement sur les réalités humaines les plus élémentaires et les plus irréductibles. Le fanatisme religieux qui aiguillonne toujours la bourgeoisie croulante qui préside aux destinées de la France arrime chaque jour davantage ce pays aux profondeurs de l’Afrique.

Cette destruction du bon sens est observable partout. Il y a deux générations, un paysan gaulois dépourvu de certificat d’études comprenait d’instinct l’immensité qui le séparait d’un nègre. Aujourd’hui, une croûte de vieux bavards surnageant sur 71 ans de paix, opérant à tous les niveaux de la vie intellectuelle, répandent leurs insanités sur l’heureux développement que constituerait à leurs yeux le mélange du sang européen avec celui de toutes les peuplades puantes du tiers-monde. De l’Afghanistan au Congo, de la Colombie aux marges de l’Irak.

La plus grande tâche qui se place devant nous est celle du réapprentissage des réalités raciales. Je suis à ce titre un athée militant de la superstition égalitariste. Ce mythe s’articule sur des pulsions particulièrement tenaces parce que primitives et émotionnelles. Mais plus tenaces sont les réalités que ce mythe prétend abolir.

Parallèlement, je suis donc un optimiste résolu en ce sens que l’arrogance des demi-marxistes occidentaux adeptes de l’islamo-négrification de l’Europe doit nous rappeler qu’ils ont les yeux plus gros que le ventre. La vieille race européenne qui s’étend sur tout l’hémisphère nord – en plus de l’Océanie et de parts de l’Amérique du Sud – disposent d’atouts colossaux, malgré une politique migratoire – donc raciale – parfaitement destructrice.

Mais si les dommages sont significatifs, ils ne le sont pas au point changer les lois de la nature voulues par le Créateur.

Nous devons travailler inlassablement au réveil de nos populations pour qu’elles redécouvrent la boussole sans laquelle il n’est pas de navigation possible en ce monde. Cette boussole, c’est celle de l’inégalité de potentiel et de réalisation des individus comme des groupes humains. Il a fallu bien des combats intellectuels et politiques – et de morts – pour que chacun finisse par admettre que la terre est ronde. Il n’en va pas différemment des réalités raciales et culturelles.

Cette réalité doit servir d’étoile polaire à un ensemble politique qui reste à édifier. Le point faible de cet édifice est l’Europe péninsulaire tandis que l’imbécilité nord-américaine pousse la Russie dans les bras des Chinois. Nos querelles d’arrière-boutique, en Europe, nous ont ramené au rang de nains géopolitiques, offrant à des pays économiquement sous développés comme la Turquie orientalo-asiate des leviers exorbitants.

La fumisterie qu’est la superstition des droits-de-l’homme, qui codifie toute l’escroquerie, parvient à convaincre jusqu’à des docteurs ou des ingénieurs de ce qu’un aborigène est leur égal, malgré ses 60 points de QI !

A la différence de nombre de tenants de cette superstition destructrice, j’ai eu le privilège de fréquenter cette humanité archaïque sortie des déserts d’Australie et de devoir assurer l’entretien de leurs chambres d’hôtel gracieusement offertes par le prolétariat anglo-saxon de ce pays, sous l’égide éclairée des puritains convertis à l’antiracisme. Il suffit de voir une de ces tribus déféquer dans ses lits et manger à même le sol pour comprendre, en moins de 10 minutes, qu’on ne comble pas 60 000 ans avec des chèques et des bons sentiments.

La raison et la sagesse ne gouvernent plus l’Europe, seulement une litanie sans fin d’émotions de communiantes. Cette pâtisserie sentimentale a aboli le sens commun et met en confiance le barbare afro-musulman qui croit soudainement pouvoir revendiquer des droits sur nous.

Quand ce simulacre prendra fin, Mohammed et Mamadou tomberont soudainement du haut de leurs illusions. Ces masses, gouvernées par leur psychologie infantile, ont déjà perdu la tête à l’idée alléchante et naïve de ce qu’ils seraient sur le point de nous dominer. De la complainte poussive de la victime les voilà hurlant leurs récriminations, préalables à l’émeute meurtrière.

Il ne faudra pas grand chose pour que la déconvenue soit au rendez-vous et que les espoirs de fainéantise éternelle ne fondent comme neige au soleil. Le pullulement de cette basse humanité au cœur de l’Europe n’est du qu’aux subsides colossaux que leur accorde l’oligarchie dégénérée qui gouverne les démocraties occidentales.

L’anarchie continuant de se répandre, les efforts du fanatisme antiraciste finiront par épuiser tous leurs effets au sein des masses. Nos efforts pour en finir avec la terreur antiraciste seront progressivement couronnés de succès à mesure que la réalité et le bon sens conforteront nos avertissements.

Paradoxalement, nous devons avoir la patience de ceux qui voient plus loin que les hystériques de notre époque. L’effondrement du système actuel comme de ses valeurs préfigure de la victoire de nos conceptions.

hollande-clichy-pays-reuters

Involution raciale : L’immigration du tiers-monde afro-oriental et l’effondrement du QI en France

S’il y a bien quelque chose qui devient particulièrement insoutenable, ce sont les idiotes BCBG qui infestent les médias institutionnels de leurs mensonges puants au sujet de l’apocalypse raciale et migratoire.

Dernier exemple en date, “Adeline François” expliquait sur RTL que l’effondrement du Quotient Intellectuel moyen en France était dû aux “polluants” (source).

Certes la pollution est en cause, mais son origine réelle n’a rien à voir avec ce que la standardiste de service sert à ses auditeurs :

C’est une étude passée relativement inaperçue il y a quelques semaines, mais qui aurait du faire l’effet d’un coup de tonnerre : une étude reprise par Stéphane Foucart dans Le Monde, et qui a été publiée par deux chercheurs britanniques dans la revue Intelligence. Elle révèle l’inversion inédite d’une courbe, celle du QI des Français. -4 points en 10 ans. À l’échelle d’une population, c’est énorme, et c’est historique dans notre développement, une baisse du quotient intellectuel après des siècles d’augmentation régulière de notre intelligence. Cette baisse du QI a également été observée depuis le milieu des années 90 en Norvège, au Danemark au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Australie et en Suède.

La cause, ce sont les polluants, toutes ces substances présentes autour de nous, chez nous, ou dans notre assiette. On savait qu’elles altéraient notre foie ou nos poumons, elles endommagent aussi notre cerveau. Et pendant ce temps, Bruxelles refuse toujours de légiférer sur les perturbateurs endocriniens, en prenant de simples mesures de prudence quand il faudrait des mesures d’urgence.

Depuis quelques années, une soupe néo-gnostique et sectaire envahit la sphère médiatique sous l’influence d’éco-socialistes régressifs qui traquent le moindre élément chimique dans la nourriture industrielle que consomme X ou Y, comme jadis leurs prédécesseurs étaient obsédés par la façon dont baisait le bourgeois.

Cette bouillie crypto-religieuse devient la source privilégiée de toutes les escroqueries sociales. La peur millénariste autour du pseudo “réchauffement climatique” n’étant que la plus spectaculaire de toutes ces superstitions. Cet écran de fumée permet aussi d’intoxiquer les cuistres dépressifs blancs des grandes agglomérations et d’impressionner les imbéciles heureux qui, à la suite des premiers, se laissent berner par ce bavardage pseudo scientifique.

En revanche, sur les causes les plus évidentes, les plus incontestables, le silence est total.

Importation par millions de populations à faible QI

Quels effets sont les plus radicaux sur le QI moyen sinon la fuite en masse de millions de Français éduqués, professionnellement efficients – c’est-à-dire les plus doués génétiquement-, et, dans le même temps, l’arrivée de millions de pouilleux hébétés du tiers-monde ?

Qu’y a-t-il de si difficile à saisir dans ce tableau du QI mondial :

IQ_of_Nations_wiki

Et dans cette carte des pays principaux récepteurs d’immigration dans le monde :

17

L’effondrement du QI moyen en France s’explique simplement par les flux colossaux d’immigrés au quotient intellectuel inférieur qui s’implantent partout, résultat d’une politique nihiliste menée par l’élite dégénérée  au pouvoir.

Le QI moyen de l’Afrique Noire est de 65 points. Ce fossé béant, de l’ordre de près d’un tiers, ne sera jamais comblé car il est tout simplement le produit des déterminismes raciaux, génétiques.

L’irrationalité de l’égalitarisme

L’égalitarisme racial, comme toute forme d’égalitarisme, se nourrit de la négation même du réel. Il ne peut y avoir d’aspiration à l’égalitarisme sans la reconnaissance préalable des inégalités directement observables.

La doctrine égalitaire prétend reconfigurer le réel pour restaurer une “harmonie” qui, en réalité, ne cesse d’exister qu’au moment où l’égalitarisme entreprend de révolutionner l’ordre social. Elle nie la nature profondes des choses et s’évertue, précisément, à les dénaturer, déclenchant une vague de chaos et d’anarchie. Toute politique égalitariste finit invariablement par exacerber les inégalités, immuables par définition.

Ainsi en est-il de cette importation délirante d’une basse humanité qui, tel un fléau divin, anéantit la paix civile, ruine la culture et entraîne la cité ou le pays qui s’y livre vers les abysses de l’histoire. Tout en alimentant les tensions raciales, les logiques de défense ségrégationnistes.

Car au fond, quel est le projet des religieux de l’égalitarisme, c’est-à-dire des “communistes mentaux” s’agitant de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, en faisant de l’immigration du tiers-monde le dernier vecteur de leur guerre à la réalité ? Nul ne se pose jamais la question du “pourquoi final” de l’immigration allogène.

Osons proposer une réponse :

Les Chinois et les Asiatiques du nord en général, du haut de leur QI à 106 en moyenne, n’ont aucune espèce de considération pour les populations inaptes du tiers-monde. L’approche résolument pratique de l’intelligence asiatique les immunise contre les ravages de l’idéalisme putréfié par l’égalitarisme.

Dans un article intitulé “Comment la Chine fabrique ses futurs génies” (source), on peut lire :

Grâce à la collaboration de deux chercheurs l’un britannique, l’autre américain, l’équipe de Bowen a obtenu l’ADN de 2 500 purs génies au QI de 160 et plus. Pour comparaison, le QI moyen est de 100, celui des lauréats du prix Nobel de 145. Le séquençage serait très avancé. “Personne d’autre ne dispose d’un tel échantillon, et personne n’a jamais fait un tel travail”, affirme Steve Hsu, le physicien américain qui collabore au projet. Bowen garde les pieds sur terre : “Il nous reste à comparer ces génomes hors du commun avec un groupe témoin de personnes choisies au hasard. Nous sommes sûrs qu’avec assez de matière nous trouverons au moins une partie des gènes qui agissent sur le QI

Wang Jian, le patron du BGI, est convaincu que cette recherche débouchera rapidement sur un test génétique. Il permettra aux couples qui ont recours à la fécondation in vitro de sélectionner les embryons les plus ” intelligents ” ! Sur le long terme, le niveau de QI de la population générale s’en trouverait amélioré.

En Chine, où les débats éthiques sont rares, ces propos ne déclenchent aucune polémique. Mais la réaction très vive de certains médias étrangers a servi de leçon. En attendant la publication des résultats, BGI évite désormais de communiquer sur le sujet. Bowen, lui, continue de parler librement à la presse. Car plusieurs disciplines, la psychologie, l’anatomie, ou les neurosciences se sont déjà penchées sur l’intelligence. “Aujourd’hui, nous avons un outil formidable qui peut faire faire un bond à nos connaissances. Et il faudrait ne pas s’en servir ?”, s’étonne Bowen.

Pendant que l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord, guidées par une caste religieuse dont les croyances sont issues de la sécularisation du christianisme et de sa subversion par le socialo-marxisme, l’Asie s’engage dans la révolution du pragmatisme racial.

Les travaux de génies occidentaux comme ceux d’Alexis Carrel sont donc finalement mis en œuvre par la Chine, résolument imperméable à la superstition égalitariste.

Le bavardage pseudo scientifique des socialo-marxistes sert toujours, en réalité, à masquer une croyance primitive : le monisme matérialiste régressif.

L’échec de l’égalitarisme racial

Dans le même temps, l’état-providence occidental alimente des masses allogènes toujours plus nombreuses dont le caractère nuisible est indiscutable. Le socialisme dégénératif opère passe de la guerre des classes à la lutte des races, prenant le partie de la masse contre l’élite.

Les éléments allogènes qui s’insinuent dans tous les méandres de la société désarticulent progressivement l’ordre social, le tribalisme de ces derniers agissant comme puissant dissolvant. Loin de l’harmonie tant promise par les égalitaristes, l’immigration afro-orientale accroît sans cesse la déstabilisation de la société qui éclate en une multitude de poches d’intérêts à coloration ethniques, raciales et religieuses.

Les tenants de l’égalitarisme racial, loin de capituler face à l’échec patent de leur projet, sont chaque jour plus excités par les inégalités réelles allant en s’accroissant. Niant leur propre responsabilité, ils voient dans cette explosion des inégalités non pas une conséquence de leur politique mais le manque de son application.