Browse Tag

populisme

La victoire de Trump et du populisme : une transition vers la révolution identitaire

Donald Trump a été élu 45ème président des Etats-Unis le 9 novembre 2016. C’est une excellente nouvelle et j’avais soutenu ce candidat dès juin 2015 lors de sa déclaration de candidature.

En mai 2016, soit des mois avant sa désignation officielle comme candidat du Parti Républicain, j’écrivais sur ce blog un article intitulé “Donald Trump, le réveil de l’Amérique et la guerre contre l’ennemu musulman” dans lequel on peut lire (voir ici) :

Hillary Clinton ne sera pas élue, cette question est déjà tranchée. D’ores et déjà, n’écoutez plus rien de ce que diront les organes de désinformation français sur le sujet.

Je donnais aussi un aperçu d’une ère dominée par la présidence Trump :

Cela n’est qu’un avant-goût de la révolution idéologique et géopolitique qui s’annonce aux USA. Cette révolution suppose la purge des socialistes, des néo-conservateurs et la neutralisation des réseaux musulmans, notamment saoudiens et Frères Musulmans. Bref, d’un retour des USA à leurs fondements.

Cette “réorganisation” va nécessiter un “réalignement” des membres de l’Otan les plus engagés dans la collaboration avec les musulmans. Soit ce réalignement se fera de gré, soit il se fera de force. Le pays le plus actif aux côtés des musulmans est, à ce stade, la France en raison du soutien militaire et diplomatique qu’elle apporte à l’Arabie Saoudite moyennant contrats d’armement. Il ne fait aucun doute que les médias d’état comme le personnel politique français – achetés par les puissances du Golfe – vont donc redoubler d’efforts pour diaboliser Donald Trump.

Et j’ajoutais :

Les relations entre la France pré-musulmane et les USA vont redevenir “normales”, c’est-à-dire mauvaises. Les socialo-communistes hexagonaux, les post-gaullistes et leurs protégés afro-musulmans vont naturellement se retrouver dans une même haine d’une Amérique revenue de ses errements pro-musulmans de l’ère Bush-Obama.

Ces deux anticipations se sont avérées exactes. Il n’est que de voir la réaction du président français, François Hollande, à l’annonce de la victoire du candidat républicain pour mesurer l’ampleur de la rupture stratégique à laquelle nous assistons.

C’est la fin de l’alliance entre les néo-conservateurs US et l’islamisme, alliance dont la France était un des pivots.

Les raisons de l’hostilité de la nomenklatura européenne

L’oligarchie ouest-européenne ne peut se résoudre à l’effondrement du grand projet socialiste occidental qu’elle défendait aux côtés du non-moins socialiste Barack Obama. Ce projet devait faire des USA le centre d’une vaste zone de libre-échange administrée par des entités supranationales manipulées par les grandes banques et des structures dites de “gouvernance” d’inspiration dirigiste.

Donald Trump a clairement fait savoir qu’il n’entendait pas mettre les intérêts des USA à la remorque d’un système occidental intégré, même si les États-Unis devaient y rester prédominants. L’Amérique sous sa direction est prête à la guerre commerciale, y compris avec des alliés stratégiques comme le Japon. Ce qui explique d’ailleurs pourquoi le premier ministre de ce pays se précipite à New-York dès jeudi 17 novembre pour établir une feuille de route avec le futur président (voir ici).

Donald Trump est un homme d’affaires et c’est ainsi qu’il voit les relations internationales. Cette vision utilitariste et transactionnelle rompt avec la vision de la diplomatie des politiciens pour qui les choses fonctionnent d’abord en termes “protocolaires” et aristocratiques. Le fait qu’il assume cette vision terrorise encore plus ceux qui étaient habitués à voir dans les USA une puissance faisant preuve de courtoisie dans ses échanges, à l’instar du ministre de la Défense allemand (voir ici).

Trump se voit à la tête des USA comme à la tête de son entreprise : il ne se sent lié, fondamentalement, à aucun autre état et perçoit les alliances comme de simples instruments de circonstance devant être réévaluées à la lumière de ce qu’elles apportent en termes réels aux États-Unis. En somme, rien n’est acquis d’avance et c’est cette “imprévisibilité” qu’a dénoncé François Hollande, parlant “d’incertitude”.

L’administration Trump n’est pas plus bienveillante à l’égard du Canada que du Mexique, du Japon que de l’Europe ou de la Chine. Ce que le nouveau président n’a eu de cesse de marteler est simple : “Je veux ramener des emplois”. Sa priorité absolue est l’économie productive, la réindustrialisation des USA, le rapatriement de capitaux incité par des baisses d’impôts massives.

Bref, “l’isolationnisme” de Donald Trump est d’abord la volonté de passer à un nationalisme économique entrant en collision avec les autres grands acteurs économiques mondiaux.

Inutile de dire que ce rapatriement de capitaux, associé à la fuite de ceux se trouvant en Europe, va faire s’envoler le dollar et engendrer, par contre-coup, l’implosion des dettes souveraines contractées par les pays émergents, toutes libellées en USD.

Donald Trump et l’UE

Donald Trump a régulièrement expliqué sa façon de négocier : laisser l’adversaire dans le doute. C’est un joueur de poker, comme les Américains en général, et il utilisera au maximum le facteur psychologique pour parvenir à ses fins. Le personnel politique européen, essentiellement issu de la bureaucratie d’état ou de parti, n’a pas pour habitude de se remettre en question et redoute donc le recours à la force américain.

Après avoir fait comprendre qu’il abandonnait le Traité de Partenariat Transpacifique (TPP), le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) et entendait renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (NAFTA), le président-élu a envoyé un message clair à tous les alliés des USA : Washington place désormais ses intérêts économiques nationaux au dessus de sa prédominance politique et des compromis qu’elle suppose.

Cela rejoint la logique du Brexit.

L’administration Trump devrait trouver un terrain d’entente avec la Corée-du-Sud et le Japon, en raison de la montée en puissance de la Chine. Ces deux pays ont besoin des USA et régissent leurs rapports avec eux sur une base bilatérale. Donald Trump comprendra assez vite qu’affaiblir économiquement ces deux pays n’offre guère d’avantages aux USA, surtout compte tenu de leur position dans le Pacifique. D’autant que le Japon est le deuxième investisseur aux USA après le Royaume-Uni.

Ce n’est pas le cas de l’Union Européenne dont les états-membres coordonnent leurs efforts sous l’influence de sa partie occidentale, France et Allemagne. Or la France dépend pour beaucoup de l’Allemagne et celle-ci a un modèle reposant sur l’exportation massive, en Europe et dans le monde. Une politique de guerre commerciale américaine frapperait une Allemagne et une Europe déjà en grande difficulté. Après le Brexit et un Euro en voie d’implosion, faisant face à une grave crise de son système bancaire (voir ici), Berlin ne peut pas se permettre un tel luxe.

Donald Trump, encouragé en cela par la Grande-Bretagne désormais en voie de sortie de l’Union Européenne, a un intérêt objectif à affaiblir Bruxelles par tous les moyens. La nouvelle administration voit l’UE comme une relique au mieux gênante, au pire hostile. Pas étonnant que son conseiller le plus proche, Steve Bannon, entende soutenir activement les mouvements anti-UE sur le continent.

Ironiquement, Washington et Moscou partagent désormais cet objectif stratégique de démantèlement de l’UE.

Dans sa redéfinition des rapports avec l’Europe, Donald Trump utilisera le bouclier américain comme un argument de négociation. Et pourrait abandonner les Pays Baltes à leur sort, voire en lâchant l’article 5 de l’Otan rendant automatique le soutien mutuel des alliés en cas d’attaque ennemie.

Cela n’échappe pas au Kremlin qui devrait rapidement faire sentir son influence en Ukraine.

Tout ceci devrait faire rejaillir au grand jour la très grande faiblesse stratégique de l’Europe et de son cœur, l’Allemagne. La politique suivie par Berlin comme par Paris, fondée en somme sur un socialisme humanitaire et immigrationniste radical, ont agi comme un puissant répulsif sur le reste du continent. Les chances de réforme interne de l’UE sur une base identitaire sont nulles, donnant ainsi aux différents mouvements séparatistes un avantage décisif en terme électoral.

L’atomisation politique du continent paraît inéluctable.

Le populisme comme simple phase transitoire

J’en viens maintenant au phénomène de plus en plus cité dans les médias du système : le populisme. Voire ce que certains appellent “l’extrême-droite”. Nombreux sont ceux qui se félicitent de la victoire de Donald Trump, souhaitant son succès et ceux, ultérieurs, des formations populistes européennes.

Je pense que Donald Trump sera un bon président des USA, peut-être l’un des meilleurs en termes relatifs. Mais je pense aussi que son ascension tardive au pouvoir n’est pas de nature, compte tenu de son programme et de l’état de la société américaine, à changer fondamentalement la donne : à savoir l’effondrement démographique blanc et le déclin des USA face à l’Asie, surtout au plan économique.

L’objectif même de Donald Trump, l’économie, le condamne à susciter l’adhésion sur le court terme. Or, les problèmes fondamentaux, structurels, de l’Amérique sont à moyen terme. Ils sont démographique avec une bascule ayant déjà eu lieu en 2011 :

Sauf à adopter une politique révolutionnaire – ce que le nouveau président n’a jamais laissé entendre – la présidence Trump sera essentiellement celle d’une gestion avisée mais de court terme.

Donald Trump peut, au mieux, faire gagner du temps aux Blancs d’Amérique en construisant un mur réellement capable de stopper le flux d’immigration illégale au sud du pays. Il peut aussi redéfinir la politique migratoire en ouvrant massivement celle-ci aux Européens et en réduisant drastiquement l’immigration non-blanche, notamment musulmane. Idéalement, mais pour un second terme, il pourrait rétablir l’interdiction pour tout non-Européen d’immigrer aux USA.

La révolution identitaire du Parti Républicain

Trump a réellement mis en mouvement des forces qui auront un impact et qui, en fait, dépasse sa présidence.

Il faut observer avec attention la nomination de Steve Bannon comme principal conseiller de Donald Trump. Cet homme, un officier de l’US Navy, idéologue, organisateur et maîtrisant parfaitement l’usage des réseaux sociaux, est un véritable révolutionnaire.

Il s’assure actuellement de la purge du Parti Républicain de ses éléments centristes pour leur préférer des éléments identitaires, recomposant ainsi idéologiquement ce parti rongé par le conformisme socialiste. Nombreux sont ceux qui ont compris que le Parti Républicain était désormais un parti de race, celui de la race blanche, et que c’est ainsi qu’il devait se penser et agir. C’est probablement l’homme le plus influent du gouvernement américain et son média, Breitbart, va rythmer sa campagne d’anéantissement des éléments gauchisants du parti.

Steve Bannon se définit comme “léniniste” au plan de ses méthodes, comme l’indique une interview du Daily Beast (source) :

“Lénine voulait détruire l’état et c’est aussi mon but. Je veux tout faire s’effondrer et détruire l’établissement actuel”.

Pourquoi s’étonner dès lors qu’il veuille, lui et ses proches à la Maison Blanche et au delà, créer une internationale identitaire et anti-stato-socialiste ? Pourquoi s’étonner qu’il mise davantage, en France, sur Marion Maréchal-Le Pen plutôt que sur sa tante et son conseiller, Florian Philippot, étatiste invétéré (voir ici) ?

La “seconde révolution américaine” qui nait aux USA va immanquablement déborder en Europe comme le Brexit a débordé Outre-Atlantique.

Pendant ce temps-là, l’ennemi se sait gravement menacé :

La révolution identitaire occidentale n’en est qu’à ses débuts

Je tiens à mettre en garde ici mes lecteurs.

La victoire de Trump a déjà commencé à révéler les prémisses du séparatisme aux USA. Le refus de la gauche radicale, des oligarques, des minorités raciales – qui seront majoritaires en 2040 – de reconnaître sa légitimité indique, plus généralement, une révolution contre les Blancs d’Amérique. C’est une guerre ethnique et raciale qui couve et que n’hésitent pas à instrumentaliser les Démocrates.

Oui la victoire de partis dits “populistes” en Occident est un pas dans la bonne direction mais ces partis, fondamentalement bourgeois et issus de l’ancien monde, veulent préserver des systèmes qui sont voués à la destruction. Restaurer la démocratie, au sens de la seule loi du nombre, dans des états où la bascule démographique a déjà basculé ou est en voie de l’être, condamne l’entreprise. Le respect de tabous moraux et idéologiques issus des trois derniers siècles de messianisme progressiste sera érodé mais pas totalement aboli.

Cette tâche là, cette révolution identitaire nous appartient.

L’aspect positif est d’opérer une transition progressive du paradigme idéologique “droite-gauche” – un clivage “occidentalo-occidental” – au seul paradigme pertinent désormais : “indigènes-allogènes” ou “Blancs/Extra-européens”. Pour ne rien dire de l’islam. La victoire de tels partis permet un “rééquilibrage” politique, notamment dans l’arène médiatique, en libérant la parole sans laquelle rien n’est possible.

La guerre ne fait que commencer.